L’Amerique
après la glaciation

l’Homme et la mégafaune dans le Nouveau Monde

Rekonstruktion der Las-Palmas-Frau (Atelier Daynès)
Rekonstruktion der Las-Palmas-Frau (Atelier Daynès)

L’EXPOSITION

Après un bref aperçu de l’évolution et de la dispersion de l’Homme sur le continent américain, le parcours de l’exposition suit les différentes régions géographiques d’Amérique : de la Béringie, qui reliait autrefois la Sibérie et l’Alaska, vous passerez ensuite par l’Amérique du Nord et l’Amérique centrale pour finalement atteindre l’Amérique du Sud et la Terre de Feu :

  • Béringie – Le pont du Nouveau Monde
  • Amérique du Nord – La glacière de l’Amérique
  • Amérique centrale – Un pont entre deux mondes
  • Amérique du Sud – Le pays des steppes et des savanes


Pour chaque région, des représentants typiques de la faune au moment de l’arrivée de l’Homme sont présentés. Nous dévoilons également les traces laissées par les premiers Hommes en Amérique : des outils, des traces de coupe sur les os d’animaux capturés, des empreintes de pas qui remontent au début du peuplement de l’Amérique et les premiers portraits, les œuvres d’art les plus anciennes d’Amérique. La reconstitution grandeur nature de la « Femme de Las Palmas », donne vie à l’une des premières américaines de manière impressionnante.

La Mègafaune

Nous exposons des préparations et des squelettes d’animaux qui existent encore à l’heure actuelle, comme par exemple les bœufs musqués et les bisons, les loups, les pumas et les jaguars, mais également d’animaux aujourd’hui disparus. Par exemple, il existait auparavant des races de bisons encore plus grosses, le loup géant ou encore les tigres à dents de sabre d’Amérique du Nord et du Sud. Les premiers Hommes devaient également faire face à de véritables géants sur le sol américain : les proboscidiens et les paresseux terrestres qui faisaient presque la taille de dinosaures, ainsi que des ours géants. Le glyptodon, un ancêtre des tatous actuels, faisait la taille d’une Coccinelle VW et pesait environ 2 000 kg, soit 40 fois le poids du tatou géant, le plus gros représentant actuel de cette famille d’animaux.

L’exposition illustre toute la diversité de cette mégafaune absolument fascinante. Les pièces d’exposition telles que le moulage de squelette d’un ours à face courte – l’une des plus grandes espèces d’ours de tous les temps ! – sont particulièrement impressionnantes. La taille considérable de cet animal est mise en évidence par la comparaison directe avec des préparations d’ours actuels. Le squelette original du tigre à dents de sabre est également un élément incontournable de l’exposition, tout comme le crâne du paresseux terrestre géant du désert. Le modèle réaliste de paresseux terrestre du Mont Shasta fabriqué spécialement redonne vie à cet animal du passé.

Certains sites de référence ont joué un rôle essentiel dans les recherches sur cette période. C’est par exemple le cas de La Brea Tar Pits, en Californie, dont l’asphalte naturel représente un piège mortel pour une multitude d’animaux depuis des milliers d’années. Des découvertes représentatives sont présentées dans cette exposition et un diorama représente un site de fouilles archéologiques.

Siedler-Säbelzahnkatze (Smilodon populator))
Siedler-Säbelzahnkatze (Smilodon populator)
Projektilspitzen (v. l. n.r.): Clovis-Spitze, Fundort: Missouri, USA; Clovis-Spitze,Fundort: Kentucky, USA; Fischschwanz-Spitze, Fundort: Fell’s Höhle, Chilenisches Patagonien
Projektilspitzen (v. l. n.r.): Clovis-Spitze, Fundort: Missouri, USA; Clovis-Spitze,Fundort: Kentucky, USA; Fischschwanz-Spitze, Fundort: Fell’s Höhle, Chilenisches Patagonien

Les Premiers Américains

Les sites de Folsom et de Clovis, situés au Nouveau-Mexique, ont quant à eux joué un rôle exceptionnel pour déterminer le début du peuplement de l’Amérique par l’Homme. Les pointes de Clovis sont les outils les plus connus de l’Amérique du Paléolithique. Pendant des dizaines d’années, on a considéré leurs fabricants comme les premiers Américains. Aujourd’hui cependant, la communauté scientifique est persuadée que des Hommes vivaient en Amérique plusieurs milliers d’années avant la culture de Clovis. Cette découverte a notamment été permise grâce à des recherches menées sur le site de Monte Verde, au Chili, également présenté dans cette exposition. Les plus vieilles peintures rupestres découvertes à la Cueva de las Manos (la grotte des mains), au Nord de l’Argentine, ont jusqu’à 9 000 ans.

Le parcours de l’exposition prend fin sur les îles de la Terre de Feu, au Sud du continent sud-américain. Jusqu’au début du XXe siècle, plusieurs peuples indiens y vivaient de la chasse et de la pêche, jusqu’à ce que les colons blancs prennent à ces cultures leurs moyens de subsistance. Quelques documents photographiques de la Terre de Feu donnent un visage à l’histoire de l’Homme en Amérique.